Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Home / blog / Note d’analyse « Emploi au Maroc, entre précarité et faible création de postes »
chomage

Note d’analyse « Emploi au Maroc, entre précarité et faible création de postes »

Note d’analyse « Emploi au Maroc, entre précarité et faible création de postes ».

 

Dans le « cadre de référence des politiques économiques », document publié par le mouvement Anfass démocratique, nous avons soutenu que « L’emploi représente la dignité humaine, la participation de chaque citoyen dans le développement du pays. Les politiques publiques doivent œuvrer par tous les moyens à créer un climat économique propice à la création permanente d’emploi et la résorption du chômage. La contractualisation avec le secteur privé sur des objectifs en la matière constitue un véritable levier. Sinon ce qui n’est pas possible à réaliser par le secteur privé revient à la charge l’Etat pour trouver des solutions à financer par l’impôt. Le plein emploi est possible et nécessaire pour le Maroc ! … La stabilisation macro-économique a été douloureuse et a eu un coût social important. Dans le même temps, certains secteurs vivaient toujours sous perfusion des subventions publiques, du protectionnisme aux des allégements fiscaux, sans pour autant créer suffisamment d’emploi. La part du secteur industriel n’a fait que baisser dans le PIB marocain menant à des destructions d’emplois, et ce en faveur d’une tertiarisation à faible valeur ajoutée pour l’économie et surtout pour l’emploi  … Le Maroc ayant fait durant les 15 dernières années le choix de faire de “la promotion immobilière” son principal moteur de croissance. Les spéculations, les ventes « au noir », … ont fait que des entreprises et des individus se sont énormément enrichis sans que l’Etat en bénéficie à travers l’impôt. En plus, l’emploi dans le secteur est très précaire (pas durable, sans couverture sociale, sous qualifié, …). Proposition : encourager l’investissement industriel manufacturier, formel, recruteur de main d’œuvre, formateur et productif, en opposition à l’appui de secteurs rentiers, avec peu de retour en terme fiscal et des emplois mal formés, précaires et souvent sans couverture sociale !».

Aujourd’hui, la lecture des chiffres et indicateurs récemment publiés par le HCP permet de sortir les données suivantes :

  • Inégalité Homme/Femme : taux d’emploi des femmes 22,6% contre 65% pour les hommes.
  • Taux d’emploi des plus faibles au monde : 42,8% en 2015 contre 45,8% en 2008 (population active au Maroc en 2015 : 10.679.000).
  • Baisse du nombre des travailleurs de moins de 18ans (enfants) de 618.000 en 2008 à 384.000 en 2014.
  • Taux des non diplômés : le taux des emplois détenus par les non diplômés est de 68,2%.
  • Emplois par secteurs : 39,4% pour l’agriculture, 40,2% pour les services.
  • Industrie : 1000 emplois nets seulement ont été créés en moyenne annuelle dans l’industrie.
  • 63% des actifs n’ont pas de contrat de travail.
  • 56,6% des actifs travaillent plus de 48h par semaine.
  • Le taux des contrats CDD a augmenté de 3,8% (des salariés et non des travailleurs) en 2008 à 8,8% en 2014.
  • 41,7% des salariés ont une couverture médicale.

L’analyse de ces données permet de faire les constats et conclusions suivants :

  • Précarité de l’emploi est en hausse : les chiffres sur les CDD (et la décision de reproduire ce modèle à l’administration publique n’arrange pas les choses) en hausse, le taux de couverture maladie, l’allongement des heures travaillées (travail supplémentaire pour subvenir aux besoins), le taux des non diplômés, … sont autant d’indicateurs qui confirment la tendance haussière de la précarité de l’emploi. « Officiellement, 10% des marocains actifs sont en recherche d’emploi (« chômeurs »). Officieusement, plusieurs millions de marocains sont dans emplois extrêmement précaires (gardiens de voitures, stages non rémunérés, vendeurs ambulants, employés de maisons, …). Quel gâchis !! Le plein emploi est possible et économiquement et socialement utile. Propositions : réduire la durée du travail (44 à 40h ?), reprendre la création d’emplois dans le secteur public, redéploiement productif, … »
  • Inégalités encore frappantes : malgré les efforts pour résorber le travail des enfants, cet indicateur, combiné au taux d’occupation femme/homme montre que les inégalités en matière d’emploi ont la peau dure, or les inégalités « ne sont pas efficaces économiquement, contrairement à ce que pense le courant néolibéral … Du principe d’égalité découle la préoccupation des « populations vulnérables » : Enfants, femmes, jeunes et vieux».
  • Faible création d’emploi : l’économie marocaine peine à créer des emplois ! Dans le bilan du gouvernement sortant, nous signalions que « Sur cet objectif principal et qui concerne une large population de jeunes, les réalisations n’atteignent pas les objectifs nécessaires pour endiguer le phénomène de chômage en général et le chômage de longue durée. Ni les objectifs déclarés dans les programmes électoraux ni ceux annoncés lors de la déclaration gouvernementale ne sont atteints ! Sur cet objectif principal et qui concerne une large population de jeunes, les réalisations n’atteignent pas les objectifs nécessaires pour endiguer le phénomène de chômage en général et le chômage de longue durée. Ni les objectifs déclarés dans les programmes électoraux ni ceux annoncés lors de la déclaration gouvernementale ne sont atteintes ! ».

30/12/2016


Mouvement Anfass Démocratique – حركة انفاس الديمقراطية
www.anfass.ma
https://www.facebook.com/anfassmaroc
https://twitter.com/AnfassDemo
https://www.youtube.com/channel/UC63g7SezG052P2EJsmo5Mwg

About أنفاس

Check Also

iraq

[مقال رأي ] صديقي العراقي – محنة فقدان الوطن وخيانة الأهل