" /> Marocains bloqués à l’étranger: Pour une solution responsable et réaliste – Mouvement ANFASS Démocratique – حركة أنفاس الديمقراطية
Home / Actualités / Marocains bloqués à l’étranger: Pour une solution responsable et réaliste

Marocains bloqués à l’étranger: Pour une solution responsable et réaliste

Marocains bloqués à l’étranger: Pour une solution responsable et réaliste

(Communiqué du mouvement ANFASS Démocratique)

Nous suivons avec beaucoup de préoccupation la situation complexe de nos concitoyens bloqués à l’étranger. Cette situation qui perdure d’une manière anormalement longue depuis l’instauration de la mesure de suspension des vols internationaux survenue le 13 Mars dernier.

Par citoyens marocains bloqués à l’étranger, on entend des ressortissants Marocains ayant leur lieu de résidence habituelle au Maroc et  qui étaient en déplacement à l’étranger au moment de la décision de fermeture des frontières.

Selon les déclarations officielles, ils sont 18.226 à se retrouver aujourd’hui dans cette situation et qui se répartissent sur plusieurs pays du monde dont principalement la France (4447), la Turquie (1859), L’Espagne (1400), La Belgique (800) et les Emirats Arabes Unis (715).

Nous reconnaissons le caractère complexe de cette question et les considérations exceptionnelles que l’Etat marocain fait actuellement prévaloir eu égard à la crise sanitaire sans précédent que représente la pandémie du Covid 19 et les mesures de confinement décrétées par l’état d’urgence sanitaire promulgué et ses différentes dispositions relatives.

Nous avons relevé aussi avec satisfaction les mesures entreprises par les services consulaires, dès les premières prémices de la crise sanitaire pour accompagner les concitoyens touchés directement par la fermeture de l’espace aérien marocain ainsi que les frontières terrestres et maritimes : 

  • L’assistance fournie aux chancelleries étrangères établies au Maroc pour organiser le rapatriement de leurs concitoyens bloqués au Maroc.
  • La mise en place de cellules de veille à l’échelle des ambassades et consulats marocains chargées d’assurer le suivi quotidien de la situation des citoyens bloqués.
  • Le suivi téléphonique et par email de nombreux citoyens bloqués.
  • Le recensement et la collecte des pièces justificatives de l’ensemble des citoyens bloqués.
  • La prise en charge d’hébergement, restauration et fourniture de denrées alimentaires pour 2.743 citoyens en difficulté.
  • La prise en charge des frais et soins médicaux pour plusieurs citoyens bloqués

Une certaine lecture juridique avance que faire prévaloir pour tous la liberté de circuler, de sortir du territoire national et d’y retourner pourrait être considérée comme caduque dans des circonstances exceptionnelles et que l’Etat a toujours le droit de faire prévaloir son pouvoir discrétionnaire pour affronter une situation grave et préserver la santé publique.

De même et toujours selon cette même lecture, le droit international n’impose aucune obligation de rapatriement aux gouvernements quant à leurs ressortissants à l’étranger.

Mais nous estimons que c’est aux magistrats compétents de trancher sur cette question et il est même sain dans un Etat de droit de maintenir un possible recours à la justice pour nos concitoyens concernés.

Nous sommes aussi conscients que le rapatriement de nos concitoyens ne doit pas se faire d’une manière hâtive ni tardive, être bien préparé et doit être réussi.

Nous comprenons parfaitement les enjeux financiers, logistiques et sanitaires qu’une telle opération sans précédent nécessite mais nous considérons que:

  • L’Etat a une responsabilité éthique et morale vis à vis des citoyens. La décision de protéger la santé des citoyens marocains ne doit en aucun cas exclure de nos ressortissants bloqués à l’étranger ni se faire à leur détriment.
  • Parmi les ressortissants, il y a de véritables situations humanitaires (personnes de 3ème âge, parents d’enfants en bas âge ou à besoins spécifiques, personnes malades..)
  • Le coût financier n’est que la partie visible d’un iceberg où des éléments non quantifiables de santé mentale et d’équilibre familial pour des milliers de concitoyens sont en jeu.
  • L’Etat a laissé émerger un sentiment d’”apatrides” chez ces concitoyens,à travers un grand déficit de communication qui n’a commencé à être rattrapé et d’une manière timide que dans les derniers jours.

Nous considérons, au sein du mouvement ANFASS démocratique, qu’une solution responsable et réaliste est possible afin de mettre fin à cette question dans les délais les plus courts.

Nous proposons la démarche suivante: 

  1. Etablir et communiquer un calendrier de rapatriement dans de délais raisonnables et brefs. La proximité avec l’Europe où siège la majorité des citoyens concernés laisse présager la possibilité d’un rapatriement multicanal en coordination avec les autorités des pays concernés: vols aériens vers les nombreux aéroports du Maroc, ferries/autocars. A noter, que de nombreux concitoyens ont affiché leur volonté de supporter leurs frais de rapatriement si l’Etat l’exige selon le principe de solidarité nationale.
  2. Mettre en place des unités médicales à l’arrivée de nos concitoyens avec possibilité de mobiliser le corps médical (les conseils régionaux de l’ordre national des médecins disposent actuellement de listes de médecins privés et publics volontaires COVID 19). L’examen clinique à l’arrivée permettra d’identifier les sujets à risque qui seront transférés vers les unités COVID 19.
  3. Les ressortissants rapatriés doivent être considérés comme des cas contacts à risque élevé, et le traitement prophylactique doit être initié selon le protocole actuellement établi par le ministère de la santé.
  4. Un confinement obligatoire devra être instauré et à ce titre plusieurs possibilités se présentent: stations touristiques aujourd’hui désertées , unités hôtelières, maisons d’étudiants… Le confinement devra être en chambres individuelles et éviter toute mixité sociale pendant les 14 jours de confinement.
  5. A J4 et conformément au protocole pour les cas contacts, un prélèvement PCR peut être réalisé (ou test diagnostic rapide après avis du comité scientifique national).
  6. Permettre aux concitoyens marocains résidents à l’étranger qui se sont retrouvés bloqués au Maroc la possibilité de bénéficier des opérations de rapatriement organisées par les chancelleries étrangères de leurs pays de résidence. Nous ne voyons aucune raison sanitaire d’empêcher de manière discriminatoire ces personnes de rentrer chez elles si tel est leur choix.

La question de rapatriement des concitoyens bloqués entache les efforts déployés par l’Etat et qui restent globalement positifs. Nous exhortons l’Etat à prendre ses responsabilités éthiques quant à cette question et ne pas se restreindre à une lecture technique juridique et/ou financière.


Mouvement Anfass Démocratique

19 Avril 2020

About admin

Check Also

اعتقال الصحفي عمر الراضي: دعوة الى الحكمة /Arrestation du journaliste Omar Radi: Un appel à la Sagesse

اعتقال الصحفي عمر الراضي: دعوة الى الحكمة في لحظة محورية من تاريخ المغرب، تتميز بدعوة …